Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 février 2017

Une histoire de Noémie...

L'école hantée.

C'est une histoire qui se passe au fin fond de la forêt où se situe une école mais pas n'importe quelle école, c'était une école hantée…
Un jour, un jeune garçon, Jonathan, voulut y aller.
Sa maman lui dit qu'il était fou, qu'on le transformerait en steak haché, frites !!!
Son papa lui disait qu'il était cinglé et qu'il serait transformé en hamburger.
Son grand frère lui disait qu'il était têtu et qu'il n'en reviendrait pas.

Jonathan hésita un instant, puis commença à faire ses bagages…

Le lendemain, il entendit sa famille se disputer.
Ils disaient qu'ils ne s'en sortiraient jamais…
Il descendit, et dit :
« Ben vous avez qu'à venir avec moi ! »
Après un long moment de silence, son grand frère dit :
« Mais ça n'existe pas, c'est seulement une légende  et les légendes sont des inventions, elles n'existent pas !!! Mais une petite sortie ne nous fera pas de mal... »
« Mais oui je sais ça n'existe pas, renchérit Jonathan, mais allons voir »
Sa famille décida de l'accompagner mais de rentrer avant le coucher du soleil…


Ils se mettent en route pour l'école mais son grand frère se met à regretter ce qu'il avait dit.
Une heure plus tard, ils sont devant l'école et le grand frère remarque que le soleil va bientôt se coucher et qu'il faudrait vite retourner chez eux.
« Mais non, nous venons juste d'arriver, c'est que le soleil vient de se lever », dit Jonathan.
Jonathan fit remarquer à son grand frère qu'il avait peur.
« Non, non, non, je n'ai pas peur, répondit-il, je suis juste un peu stressé. »
La maman dit : On y va, on y va avant que le soleil se couchez, allez rentrons à la maison. »
Ils se préparent tout en remarquant qu'il n'y avait personne à l'école.
« Et si on explorait quand même la maison, dit Jonathan, elle n'a pas l'air hantée, c'est juste une maison. »
Mais tout à coup, où était passée la maman ?
Elle avait disparu…
Le papa dit : « Elle a juste dû partir devant, ne vous inquiétez pas, c'est pour nous faire une farce...  mais allons-y car sinon nous allons risquer de nous perdre et ce serait dommage de perdre du temps, allez, allez nous n'avons pas toute la journée, il faut la rejoindre, vous savez qu'elle marche très, très vite alors si nous voulons la rejoindre il faut avancer sinon je vous tire par la main !!! »

Au lieu de l'écouter, ils sortent leurs jeux vidéos alors le papa dit :
« Bon d'accord, si vous ne voulez pas avancer, moi j'y vais !!! »

Et il part sans se retourner, les deux garçons n'ont pas le temps de dire qu'ils venaient de battre le record de leurs jeux vidéos.
« Mais où est passé papa ?  Il, il a été enlevé comme maman… Mais, mais qui sera le prochain… Regarde à cause de toi, nous sommes coincés ici et nous allons tous mourir !!! Tout ça à cause d'un petit frère têtu comme une mule !!! Chut, chut, tais-toi en plus tu vas nous faire repérer… à moins que tu ne veuilles te faire enlever ?  En plus comme tu es le plus faible c'est toi qui te feras attaquer en premier...  Tu le sais ça !!! Hein, alors moi je n'ai rien à craindre pour le moment, okay ? Mais, toi, en revanche tu as de quoi vouloir te cacher derrière moi, sinon tu risques bien de passer à la casserole, dit le grand frère, maintenant tais-toi, d'accord ? »

Quelques minutes plus tard…

«-  Chut, tu vois bien que tu me déconcentres, dit le grand frère
- Je te signale que je n'ai même pas dit un mot, répondit Jonathan. »
Le pauvre Jonathan, privé de parler, voulut l'avertir qu'il avait des tentacules derrière lui, mais il n'eut pas le temps de le dire… son frère se fit enlever à son tour !!!
« Mais, mais, que faire, le prochain ce sera mi, c'est certain, il vaut mieux que je me cache, mais où ? Tiens derrière ce mur... »

Et tout à coup, il voit passer une créature…
Par chance, elle ne l'avait pas vu et il se dit : « Mais, attends, si je ne sors pas d'ici, je vais me faire tuer comme maman, papa et Thibault (le grand frère). Bon, réfléchissons, comment sortir d'ici sans se faire voir ? Mais, que suis-je bête, je ne vais jamais y arriver… Ouhlalalala, Thibault avait raison de me dire que nous n'allions pas en revenir !!! Je suis vraiment têtu comme une mule mais je ne peux pas abandonner mes parents et mon propre frère sans essayer de les sauver mais je ne veux pas non plus me faire attraper. Mais alors comment faire ? Il faut que j'attende que tous les monstres passent avant d'essayer de les sauver et de nous enfuir. »
Une heure plus tard…

« Oh, je me suis endormi, les monstres sont-ils encore là ? Non, non… Ils ne sont plus là, ils sont partis, vite il me faut un plan !!! Je passe, je récupère Thibault et les parents et nous nous enfuyons. Allez, c'est parti, on y va… Go, go, papa et maman j'arrive, Thibault aussi ! Attention les monstres, j'arrive, Jonathan le héros arrive !!! Alors, où peuvent-ils bien être ? Tiens, derrière ce mur… Non ! »

Une heure plus tard…

« Non, non, non et non ! Mais où peuvent-ils être ? Oh, la nuit tombe, il faut que je me repose, je reprendrai demain. Bonne nuit ma famille, j'espère. »

Le lendemain…

« Oh, il faut que je les retrouve, vite, j'y vais, oh, non en voilà un de monstre, il faut me cacher !!! Ah, c'est quoi ça ? Une épée… Je veux que la chance est avec moi. Quelque chose approche, certainement un monstre. Oh, mais non, c'est un petit chat tout noir et trop mignon. Bon, je ne dois pas me déconcentrer mais il fait si noir ici. J'ai sûrement une lampe de poche dans mon sac à dos. Yes, j'en ai une ! Maintenant je vois tout, c'est cool. Tiens, ça s'arrête ici, mais… il y a trois portes. Laquelle choisir ? Euh, ben, celle de gauche. Il fait un peu noir mais il fait tout noir même !!! Je ne vois rien du tout même avec ma lampe de poche, je vais me perdre. Hein, j'entends une voix, mais c'est celle de Thibault. Vite, je dois le rejoindre… Mais je n'y vois rien et ça m'énerve. Dring, dring, dring, dring… Oh, c'est son téléphone. Mais oui il a laissé ses affaires tout le long pour que je le retrouve. Peut-être qu'il est quand même un peu intelligent Thibault. Je dois absolument suivre le son de son téléphone. C'est quoi, une marmite géante ? Oh, Thibault est dedans !!! Les monstres vont bientôt arriver, vite ils arrivent. Allez dépêche-toi, si tu ne veux pas te faire manger, grouille, allez, allez ! »

Le monstre fait : « Grrrr, glagouilla, rrra, gouilg ! »
Jonathan dit à Thibault : « Les monstres… Je connais une sortie. »
« Merci Jonathan, mais où est-elle cette sortie ? »
«  Un petit peu plus loin, c'est pour ça qu'il faut se dépêcher, si tu voulais bien avancer... »
« Oh, non, et papa et maman ? Il faut eux aussi les récupérer, allez on y va, les monstres sont loin maintenant, on a eu de la chance hein ? »
«  Oui c'est vrai, on a eu de la chance. »

« Viens, je crois savoir où ils sont... »
« Pfff, je suis sûr que tu dis ça pour m'impressionner…
« Non, non, c'est vrai pourquoi ne me crois-tu jamais ?! Bon on y va ? »
« OK ».

Un moment plus tard...
« Tiens c'est là qu'ils sont, en fin je crois… Allez, ne perdons pas de temps, entrons... »
Ils entrent…
« Oh, il fait noir ici aussi ! C'est très effrayant cet endroit. On aurait dû écouter papa.
On aurait dû l'écouter au lieu de faire des jeux vidéos… Tu viens, on y va ? »
« OK »
« Chut, ce sont les monstres, ils sont à notre recherche. Vite, il faut récupérer papa et maman sinon ils vont passer à la casserole et nous aussi, allez on se bouge ! »

Un peu plus tard…
«  Chut, la troisième porte, ça y est. Je te préviens il risque de faire noir... »
Ils entrent.
« Ah, oui, c'est vrai, il fait noir, dit Thibault, attends j'entends une voix . Non, des voix. Papa et maman, c'est eux ! Allez vite, on y va. »
Il y a une deuxième marmite, trois fois plus grosses que la première.
« - Allez fais-moi la courte échelle, j'y suis presque… Oui, j'y suis. Papa, maman, on vous a retrouvés, allez, vite, vite, il faut sortir. Regardez une fenêtre, on sort.  Ouf. 
- Alors les enfants, là on rentre à la maison !

- Quoi ? Dit Jonathan, c'est comme s'il ne s'était rien passé ? Peut-être qu'ils ont oublié, bon, ben c'est mieux ainsi...  Allez, rentrons à la maison ! »

Et ils rentrent comme si rien ne s'était passé...

Noémie, deuxième année du cycle 3.

Télécharger l'histoire en cliquant ICI...

Écrire un commentaire