Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 septembre 2017

La violence, un débat en classe...

La violence,
qu'en pensons-nous ?

Après trois présentations de l'atelier de construction en Légo, où nous avons eu plusieurs présentations de vaisseaux de combat, de bases de combat, Desmond nous a demandé pourquoi il y avait beaucoup de constructions violentes...

Aujourd'hui, nous avons eu un débat sur la violence à l'école mais aussi dans la vie, le monde.
Le débat était animé par Jade.

Dans un premier temps, il n'y a pas eu vraiment de discussion mais beaucoup de réponses pour essayer de voir si elles allaient faire plaisir à Jean-Charles, si on avait la "bonne" réponse.
Toute la classe n'aimait pas la violence, n'utilisait jamais la violence, ce n'était pas "bien"...

Du coup, une fois tout cela dit, Jean-Charles nous a donné quelques exemples :
- Je me moque d'un-e camarade de la classe parce qu'elle est grosse, mal habillée...
- J'arrive en classe et je décide aujourd'hui qu'il faut mettre un-e camarade à l'écart, ne plus lui parler...
- Je joue au football en récréation et je fais exprès de donner un coup de pied à un autre enfant...
- J'envoie un mot à ma meilleure copine pour lui dire que je ne lui parle plus, qu'elle est trop bête...
- Je raconte n'importe quoi sur mes camarades à mes parents qui du coup se disputent avec d'autres parents...

Et là nous avons pu vraiment discuter de la violence, la nôtre et celle autour de nous.

Dans la classe, beaucoup d'enfants aiment bien les jeux violents, surtout les jeux vidéos où l'on se bat, où l'on cherche à survivre, où l'on tape sur d'autres personnes, des monstres, etc.
D'autres aiment bien aussi les films, les histoires qui font peur.
Certain-e-s regardent des films ou jouent à des jeux vidéos qui ne sont pas pour les enfants.
Celles et ceux qui aiment ces jeux, ces films, ces histoires disent qu'ils savent que ce n'est pas pour de vrai, que c'est "virtuel", et qu'ils et elles aiment l'action, quand ça bouge, quand ça frappe, quand ça saigne...
Celles et ceux qui aiment ces jeux, ces films, ces histoires disent qu'ils et elles savent qu'une fois finis, et bien dans la vraie vie ils et elles ne font plus ça...
Sauf que certain-e-s y jouent en récréation et que parfois il y a des accidents : des coups sont donnés, des disputes commencent !

Une partie d'entre-nous pensent qu'alors c'est parce qu'ils et elles sont influencés par la télévision, la publicité, les informations où il y a sans arrêt des scènes de violence, de bagarres et de guerres, de morts.

Une partie d'entre-nous pensent que des adultes, des enfants ne font plus la différence entre la vraie vie, et la réalité virtuelle, les écrans.

Une autre partie d'entre-nous pensent que celles et ceux qui se battent, sont violents aiment ça : Ils et elles aiment être les plus forts, faire mal aux autres, se rendre intéressant-e-s.

Tout le monde dans la classe dit ne pas aimer les guerres, que ça ne sert à rien d'avoir des armes.
Les enfants qui font des sports de combat, des arts martiaux (boxe, judo, karaté,...) ou qui font des sports utilisant des armes (tir à l'arc,...) ont rappelé que normalement il est interdit d'utiliser ce qu'on apprend pour se battre, faire son chef,...
On peut même être renvoyé à vie d'un sport de combat, d'un art martial si on ne respecte pas les règles données.

Faire semblant de se battre dans la cour de récréation finit souvent mal : par de vrais coups...
Alors pourquoi continuer à la faire ?

Certains disent ne jamais se servir de la violence ou très peu, et pas très fort, seulement quand ils ont une raison... ou sans vraiment réfléchir comme par exemple, en Légo, je vois des droïdes, je fabrique une base, il faut des armes pour la sécuriser ou je vois des personnages de Star Wars, donc je pense à tirer, tuer, etc.

En fait, beaucoup de personnes aiment bien des jeux, des films, des histoires violentes mais ne sont pas forcément violents dans la vraie vie.
Ce n'est pas d'aimer un jeu de guerre qui pose problème, c'est de continuer dans la vraie vie à se montrer agressif, violent.
Si on fait la différence entre les moments où par exemple on est dans un jeu et les moments où on n'est plus dans le jeu, il n'y a pas de problème.

La violence ce n'est pas que le combat, la bagarre, la guerre c'est aussi les moqueries, les paroles "méchantes" et blessantes, le racisme, le sexisme.
C'est ne pas respecter les droits de l'Homme, les droits des enfants.
C'est créer de nouveaux problèmes.

La violence touche tout le monde : adultes, enfants, adolescents, hommes, femmes, garçons, filles...

Certain-e-s pensaient qu'enfants on ne risque rien même si on fait quelque chose de grave, qu'on ne peut pas être puni...
Jean-Charles nous a donné des exemples d'enfants qui ont été punis, de parents qui paient pour des choses graves.
Comme jouer à pousser quelqu'un dans un escalier de l'école, ça amuse certain-e-s mais si celui qui tombe se blesse gravement, devient un enfant handicapé alors ce qui était amusant ne l'est plus du tout... et de vrais problèmes commencent.

D'autres questions sont venues :

- Comment fait-on pour acheter des armes ?
   Est-ce possible en France ?
   Et ailleurs dans le monde ?
- Pourquoi des pays fabriquent-ils et vendent-ils des armes à d'autres pays ?
- A quoi cela sert-il d'avoir des armes ?
- Pourquoi y avait-il moins de violence avant alors que maintenant il y a des attentats ?
- Est-ce que l'on peut vivre dans un monde sans violence ? Sans guerre ?
  Peut-on apprendre à ne pas être violent-e ?

Le cycle 3, septembre 2017.

Commentaires

Merci pour ce travail d'échanges et de réflexion fait avec les enfants dans le contexte actuel ...
Un bel enseignement pour nous les adultes ...
Merci aux enfants pour la qualité de leurs échanges !

Écrit par : Trannoy. | mardi, 03 octobre 2017

Écrire un commentaire